Si tu termines tes études, même si tu as plus de 25 ans, affilie-toi et ensemble, faisons valoir tes droits aux allocations d'insertion !

En Bref 

Un récent arrêt de la Cour de Liège remet en cause l’abaissement de l’âge pour demander des allocations d’insertion de 30 à 25 ans. Grâce au combat de la FGTB contre cette mesure injuste, des milliers de jeunes diplômés, jusque-là privés de protection sociale, pourraient récupérer un droit aux allocations d’insertion. Si tu termines tes études, même si tu as plus de 25 ans, affilie-toi à la FGTB Liège – Huy – Waremme pour t’informer sur ta situation et faire respecter tes droits !

Numéro gratuit : 0800 900 45 

Email : jeunes.liege@fgtb.be 

Pour aller plus loin 

De 30 à 25 ans

Fin 2014, le gouvernement MR-NVA-CD&V-VLD avait adopté une mesure particulièrement injuste, restreignant de 30 à 25 ans l'âge maximal auquel les jeunes diplômés pouvaient introduire une demande d’allocation d’insertion.

Concrètement, la durée du stage d’insertion professionnelle étant d’un an, tout jeune qui terminait ses études après son 24e anniversaire ne pouvait plus accéder aux allocations d’insertion s’il ne trouvait pas d’emploi.


Une mesure injuste…

En résumé, pas le droit à l’erreur dans ses études, ni celui de faire une année de spécialisation, de se réorienter ou de partir à l’étranger apprendre une langue, sous contrainte de se voir interdire l’accès aux allocations d’insertion. Résultat, des milliers de jeunes, ne trouvant pas d’emploi une fois leur diplôme en poche, se sont retrouvés totalement sans revenu, dépendant de leur situation familiale pour les plus chanceux, de l’aide du CPAS pour les autres.

...et injustifiée !

Cette mesure d’austérité était d’autant plus injuste qu’elle est complètement inefficace. L’objectif officiel du gouvernement Michel était d’augmenter le taux d’emploi des jeunes.

Le moins que l’on puisse dire c’est qu’il est très difficile de prouver l’efficacité de la mesure car ce sont chaque année des milliers de jeunes qui ne s’inscrivent plus au FOREM et disparaissent des radars, privés de statut, privés d’accompagnement. 

On estime que près de 9000 jeunes par an en Wallonie ne rentrent plus dans les conditions à cause de leur âge. Grâce à toutes ces exclusions, le gouvernement a pu se targuer d’une baisse du nombre de jeunes demandeurs d’emploi indemnisés, se gardant bien de préciser que par ailleurs, le nombre de jeunes bénéficiaires du CPAS n’a jamais été aussi élevé.


Victoire de la FGTB


Déterminée à ne pas laisser passer une telle discrimination, la FGTB Liège Huy Waremme a systématiquement porté devant la justice les cas de ses jeunes affilié-e-s privés de protection sociale à cause de leur âge. Et en mars dernier, la Cour du Travail nous a donné raison en jugeant la mesure inconstitutionnelle et violatrice des droit fondamentaux.


En effet, la Constitution belge, dans son article 23, consacre le droit à la Sécurité Sociale et interdit au gouvernement de diminuer significativement le niveau de protection déjà accordé, sauf motif d’intérêt général. C’est ce qu’on appelle l’obligation de ‘Standstill’.


La Cour a donné raison à la FGTB en jugeant que la mesure infligeait aux jeunes un recul particulièrement disproportionné, puisqu’il était de nature à freiner les jeunes dans leur volonté de poursuivre leurs études.

Et maintenant ?


Cette décision, qui prouve que la FGTB avait raison de s’opposer par tous les moyens possibles à la réforme des allocations d’insertion, pourrait faire jurisprudence et concerner des milliers de jeunes !

La FGTB, qui continuera à se battre pour une meilleure protection sociale pour toutes et tous, invite tous les jeunes qui terminent leurs études, même après 25 ans, à s’affilier pour être informés sur leur situation et, le cas échéant, faire respecter leurs droits !

Télécharger notre tract