FGTB

Liège-Huy-Waremme

Actualité

Actualité suivante Actualité précédente

Carte Rouge : La coupe du monde, nos diables, le sport et...l'impôt ! (22/06/18)

Foot, tennis, athlétisme, cyclisme ? Aujourd'hui, les sportifs belges excellent en de nombreux domaines ? et lorsque les récompenses suivent, les compliments pleuvent, sous le tonnerre de nos applaudissements ?

La consécration du mérite d'un sportif, la mise en valeur de son excellence dans la pratique de sa discipline doivent-elles toutefois prévaloir sur certains comportements ? Nécessitent-elles que l'on occulte d'autres aspects peu avouables de sa personnalité publique ?

Au milieu du battage médiatique de la Coupe du Monde, la question mérite que l'on s'y attarde.

Comment, en effet, s'enorgueillir de sportifs de la trempe de nos Diables Rouges, sachant que plusieurs d'entre eux résident hors territoire pour d'évidents motifs fiscaux.

Pour toutes ces championnes et tous ces champions reconnus, un bémol de taille atténue l'enthousiasme que nous pouvons légitimement ressentir, celui de l'absence de leur contribution à l'effort commun. Ingénierie fiscale par le droit à l'image, paradis fiscaux, la volonté d'éluder l'impôt est claire.

Que penser également de la posture de certaines multinationales qui, à grands renforts de spots publicitaires emphatiques, entend jouer la carte d'un patriotisme exacerbé ? là où elles renâclent à payer l'intégralité de ses impôts !

La justice sociale est une notion présentée comme honteuse par les tenants du néolibéralisme. Au point qu'il apparaît normal d'éluder une part conséquente de l'impôt. Celui-ci serait en effet un vol pur et simple organisé par l'État, cet ennemi de l'esprit d'entreprendre. Et pourtant, nos champion-ne-s ont bénéficié des services d'une crèche, se sont rendu à l'école, ont foulé les terrains de sport, ont bénéficié des soins de santé adéquats, autant de missions financées par l'impôt.

Pour la FGTB, l'impôt, dans sa progressivité et dans sa fonction redistributrice est un rouage essentiel de maintien de la solidarité. Plus encore, il est - et d'aucuns ont tendance à l'oublier, parfois à dessein ? - une composante vitale à l'organisation du vivre-ensemble.

Ce ne sont pas des mots creux. Bien au contraire ! L'impôt, c'est la garantie d'une Sécurité sociale démocratique et universelle. C'est le financement de services publics accessibles, patrimoines communs de la population.

Tolérer, voire, pire encore, favoriser l'évasion fiscale met en péril l'organisation et la gestion de ces droits théoriquement imprescriptibles. In fine, c'est le risque de voir se développer une société fondée sur le modèle anglo-saxon. Celles et ceux qui disposent des moyens nécessaires pour s'assurer des risques de la vie le font au moyen d'assurances privées. Les autres s'abstiennent et espèrent secrètement que rien ne leur arrivera sous peine de conséquences catastrophiques.

Enfin, lutter contre la fraude et l'évasion fiscale, c'est un choix politique. Le gouvernement fédéral pratique en la matière la pire hypocrisie. Il traque les personnes les plus précaires - les sans-emplois, les femmes, les pensionnés, etc. - sans autre forme de procès, mais déroule le tapis rouge aux nantis, pourtant peu soucieux de la vie d'autrui.

À la FGTB, nous sommes soucieux d'un tel basculement des valeurs. Et nous tenons à rappeler nos ardents efforts pour ?uvrer à l'édification d'une société plus solidaire et, donc, plus juste. Parce que définitivement, ensemble, on est plus forts !