FGTB

Liège-Huy-Waremme

Actualité

Actualité suivante Actualité précédente

Communiqué de presse : Le comité régional de la FGTB Liège-Huy-Waremme appelle à la grève le 10 octobre en soutien aux services publics (3/10/17)

Communiqué de presse : Le comité régional de la FGTB Liège-Huy-Waremme appelle à la grève le 10 octobre en soutien aux services publics

Le comité régional de la FGTB Liège-Huy-Waremme, composé de près de 300 délégués et déléguées, s'est réuni ce mardi 3 octobre afin d'évaluer les mesures budgétaires 2018 ? 2019 décidées par le gouvernement Michel durant l'été.

En raison des économies envisagées en matière de soins de santé, de pensions et dans nos services publics ;

En raison de l'injustice fiscale qui continue à prévaloir dans notre pays en faveur du capital et des grosses fortunes,

Le comité régional de la FGTB Liège-Huy-Waremme appelle l'ensemble de ses sections professionnelles à faire grève le 10 octobre et rejoindre ainsi la CGSP intersectorielle.

Les coupes budgétaires dans, entre autres, nos soins de santé, nos services publics et nos pensions sont inacceptables. Elles plongent des milliers de personnes dans la précarité, et plus particulièrement les femmes.

Aujourd'hui, en raison des économies dans les soins de santé, le délai d'attente pour passer un examen IRM est passé de 2 à 4 mois.

Déposer une requête en justice coûte aujourd'hui 20 euros alors que l'accès à la justice devrait être gratuit.

Les coupes budgétaires dans les transports en commun ont pour conséquence un accès moindre à la mobilité pour tous.

Il est évident que le gouvernement détériore nos services publics pour justifier une privatisation demain. Et qui dit privatisation dit plus de profits pour les actionnaires et moins de services pour les usagers.

Par ailleurs, le service minimum est impraticable. Tous les experts s'accordent à le dire. Les patients seront-il soignés entre 9h et 11h ? Les bus circuleront - ils entre 15h et 17h ?

C'est d'un service maximum dont les usagers ont besoin. Le financement de tous les services publics doit être une priorité. Les services publics sont le pouvoir d'achat de ceux qui en ont peu.

Les attaques contre nos pensions sont également inadmissibles. Les travailleurs ne méritent pas de travailler plus, plus longtemps pour moins de pension. Et ce, sans qu'aucune avancée ne soit annoncée dans le dossier des métiers pénibles.

La pension « à point », quant à elle, constitue la mise à mort de la pension légale. Cette pension, dont le montant du « point » pourra varier selon le contexte budgétaire et la démographie, se réduira rapidement à peau de chagrin.

221 milliards ont filé de Belgique vers les paradis fiscaux, en 2016. C'est là où se trouve l'argent que le gouvernement doit récupérer pour garantir les services au profit de chacun. Il doit cesser de faire les poches des personnes déjà précarisées et de les enfoncer plus encore dans le paupérisme.