FGTB

Liège-Huy-Waremme

Actualité

Actualité suivante Actualité précédente

Carte rouge : je voulais être étudiante en médecine (2/10/17)

Carte rouge : je voulais être étudiante en médecine

Le libéralisme est profondément cohérent. Il oeuvre méthodiquement, chirurgicalement même. Il trouve toujours quelqu'un à qui faire les poches. Aujourd'hui, les étudiant-e-s. En médecine particulièrement.

Déjà, tu dois encore te taper un exam d'entrée. Idée de génie de Maggie De Block au vu de la pénurie de toubibs qui existe en Belgique? Comme d'hab, on frappe les jeunes défavorisés. Les résultats ? 3000 inscriptions pour 650 réussites ? accentuent l'accessibilité à une médecine de classe.

Tes parents ne sont pas en mesure de financer tes études ? T'inquiète ! on se charge d'exiger du gouvernement qu'il étende la possibilité de te faire bosser comme étudiant pour éviter les cotisations sociales. Malgré ça tu peines à payer ton minerval, tes syllabi, le loyer de ton kot et ta bouffe ? Tracasse ! on est pétri d'idées.

Et si tu te prostituais ? Bien sûr, on va pas le dire comme ça. On va enrober ça dans un embal-lage classieux. Genre : « Hey les étudiantes, améliorez votre style de vie, sortez avec un sugar daddy ! » Ça pète, non ? Histoire de te faire un peu de fric, y'a pire comme moyen?

Évidemment, il est plus simple, du Parlement aux éditoriaux, de s'indigner sur la moralité de la publicité sugar daddy.

Et si on résolvait le problème de fond ? La précarité croissante d'une partie significative de la population, particulièrement chez les jeunes. La suppression des alloc's d'insertion pour les plus de 25 ans et la multiplicité des contrats précaires frappent toujours les plus faibles.

Aujourd'hui, avec ce gouvernement N-VA?MR, celles qui ne sont pas filles de médecin n'ont pas les mêmes chances que les autres.