FGTB

Liège-Huy-Waremme

Historique

Naissance du syndicalisme

Le syndicalisme ouvrier est né de la transformation de la société imposée par la révolution industrielle au début du 19ème siècle

A l’époque, les nouvelles technologies (maîtrise de la vapeur) permettent la constitution d’une industrie d’une ampleur jamais approchée jusque-là.  La production des biens nécessite une main-d’œuvre importante.  C’est à cette époque qu’apparaissent les premières grandes usines engageant un très grand nombre d’ouvriers.  Les conditions de travail et de salaire étaient très mauvaises et fixées unilatéralement par le patron.

Face à cette exploitation, les travailleurs vont rapidement s’organiser car c’est ensemble qu’ils sont plus forts et qu’ils peuvent contraindre les patrons à améliorer les conditions de salaire, de travail et de sécurité.

C’est l’apparition des premiers syndicats, d’abord organisés au sein d’entreprises ensuite organisés au sein des secteurs professionnels.

Au fil du temps et des combats, le syndicat va améliorer son organisation.  Une coordination de plus en plus poussée existera entre les différents syndicats professionnels (les Centrales Professionnelles).

En 1898 est créée la commission syndicale qui regroupe l’ensemble des syndicats de philosophie socialiste dans la même organisation.

D'où vient la FGTB ?

En 1945, c’est la création de la FGTB, fédération regroupant les Centrales Professionnelles dans une organisation unique et interprofessionnelle.

Depuis lors, les combats ont été menés, soit dans le cadre de la Centrale Professionnelle lorsqu’il s’agit de conflits dans un seul secteur, soit dans le cadre interprofessionnel lorsqu’il s’agit d’un combat concernant les travailleurs de tous les secteurs.

Et aujourd'hui?

Aujourd’hui, la mondialisation économique pèse fortement sur les travailleurs du monde entier.  

La FGTB continue de défendre ses travailleurs dans les différents secteurs mais participe davantage aux instances syndicales internationales qui sont incontournables pour lutter contre des entreprises de plus en plus grandes, de plus en plus internationales et, dès lors, de plus en plus difficilement accessibles.