FGTB

Liège-Huy-Waremme

Actualité

Actualité suivante Actualité précédente

Campagne "Salaire Digne"! (17/02/17)

Campagne "Salaire Digne"!

Centrale Générale

Sortant de son Congrès statutaire du 10 février dernier, la Centrale Générale FGTB de Liège-Huy-Waremme lance plusieurs campagnes sur des thèmes forts !



Le second thème est « un salaire digne » !


Tout le monde veut réduire le chômage et certains misent tout sur la croissance. Pourtant, il ne peut y avoir de croissance sans un moteur et ce dernier reste avant tout la consommation des ménages, elle-même bridée par une modération salariale depuis plus de 30 ans.



Entendons bien que nos propositions n'ont pas pour but d'accroître la consommation au-delà des limites de ce que notre planète peut supporter. Non, il s'agit avant tout que chacun puisse mener une vie digne, c'est-à-dire avoir accès à une alimentation saine, à un toit, à l'éducation, à la sécurité, à la médecine, à la mobilité, à des loisirs,.. De nos jours, beaucoup de travailleurs doivent se priver y compris de se soigner, voire de manger à leur faim. Ce n'est pas acceptable. Généralement, la droite rejette la faute sur les pauvres en disant qu'ils sont trop paresseux et qu'ils ne savent pas gérer un budget. Les chiffres nous prouvent cependant tout l'inverse.







Premièrement, il n'y a pas assez d'emplois pour tous et déjà 1/3 des travailleurs sont à temps partiel. Pour ceux-là, l'imprévisibilité de leurs horaires les empêche généralement pour pouvoir cumuler un deuxième emploi. C'est la flexibilité exigée par les employeurs et légalisée par la droite qui empêche de travailler plus pour gagner plus, pas la paresse.



Deuxièmement, la consommation des ménages les plus pauvres n'est pas démesurée ou mal gérée. Les statistiques de 2014 montrent que le quart des ménages les plus pauvres n'arrive pas à joindre les deux bouts malgré le fait qu'il ne consomme que le tiers de ce que dépensent en moyenne les 25% de ménages les plus riches. Affirmer que les pauvres dépensent sans compter est non seulement indécent mais tout simplement faux. Un autre point indécent, c'est que la moitié des ménages belges a un revenu moyen nettement inférieur à ses dépenses de consommation. Chaque année, ces ménages s'endettent un peu plus ou doivent se séparer de leur patrimoine alors qu'à l'autre bout de l'échelle, d'autres ne savent plus quoi faire de leur argent.



Il est urgent que chacun puisse mener une vie digne en rapport avec notre société, que celui qui travaille puisse s'épanouir y compris dans des loisirs sans devoir réduire son patrimoine. C'est dans cette logique que nous proposons que chaque ménage puisse bénéficier d'un pouvoir d'achat équivalent aux dépenses de consommation du deuxième quartile de revenus. En prenant l'hypothèse d'un ménage où un des deux membres travaille à temps plein et l'autre à 2/3 temps (ce qui est une hypothèse optimiste), il faudrait un salaire horaire minimum d'au moins 14E brut de l'heure pour permettre à ce ménage de mener une vie digne.



Actuellement, le salaire minimum interprofessionnel est inférieur à 10E de l'heure. C'est dire si la demande de progression est importante. A la Centrale Générale, mis à part quelques très rares exceptions, toutes les commissions paritaires pourraient être concernées par une telle évolution.



Cependant, des revenus inférieurs à 14E de l'heure se retrouvent principalement dans les services aux entreprises comme le nettoyage, le gardiennage, les ETA et dans les services aux particuliers comme les titres-service et le non-marchand.



Le Congrès de la section a donc approuvé les résolutions suivantes :



1. Poursuivre ses travaux sur le salaire digne et de demander à la Centrale Générale et à la FGTB d'organiser une enquête afin de préciser les notions de vie et de salaire dignes.



2. Mener ardemment campagne pour un salaire minimum de 14E de l'heure.




Pour télécharger l'affiche « Salaire digne », cliquez sur le lien ci-dessous.





Fichier joint : affiche-FGTB-dugudus.pdf